Comment faire un ragréage sur du parquet ancien ?
ragreage parquet

Comment faire un ragréage sur du parquet ancien ?

Il n’est pas rare de constater que les surfaces de certaines maisons présentent des niveaux disproportionnés. Ce cas est d’ailleurs très fréquent dans les vieilles habitations. Lorsque le cas se présente, il faut penser à pratiquer un ragréage afin de rendre le plus plat possible la surface. Cette technique est également recommandée face à un parquet ancien. Comment procéder ? Les détails à la suite dans cet article de blog bricolage.

DifficultéElevée

Ragréage d’un parquet : en quoi ça consiste ? 

Il est vrai que la technique est plus courante en face d’un sol en ciment ou d’un carrelage simple. Néanmoins, de plus en plus, on évoque le ragréage sur du parquet. C’est toujours le même procédé qui est en cause. Il consiste à remettre au même niveau la totalité de la surface du parquet avant de poser un revêtement dessus, qu’il s’agisse d’une moquette, d’un encollage double, etc. 

A quoi penser avant de ragréer un parquet ? 

Même si la technique paraît facile à appliquer et mettre en œuvre, il faut tenir compte de certains détails. A quoi renvoient-ils vraiment ? Découvrez ! 

Estimer le niveau de planéité du parquet 

En premier lieu, étalez-vous sur la surface de votre pièce et observez. L’objectif consiste à détecter les irrégularités sur le parquet. Il peut s’agir des fissures, des trous, etc. En second lieu, utilisez une longue règle ou niveau à bulles comme instrument de contrôle. Posez-là à différents niveaux de votre surface. Si l’espace entre l’instrument de contrôle et votre parquet est inférieur à 7 mm, vous pouvez abandonner le projet de ragréage. Contentez-vous de combler les trous et les fissures. Par contre, si le dénivellement est supérieur à 7mm, vous pouvez envisager une rénovation. 

Ragréage : préparation et nettoyage du parquet 

A ce niveau, vous pouvez déjà boucher les fissures avec de la pâte ainsi que les trous. Si vous constatez que des objets pointus font surface ou dépassent, ce sera l’occasion de les enlever et remplacer. Dépoussiérez et veillez à ce que la surface du parquet soit vraiment propre. Utilisez au besoin un aspirateur pour en être certain. Vous devez également vérifier si le parquet est véritablement sec. Il est en effet interdit de ragréer une surface menacée par l’humidité. Le cas échéant, le problème d’étanchéité doit être prioritairement réglé. 

En réalité, l’humidité est un risque assez élevé pour la solidité et la durabilité du parquet. La matière devant servir à appliquer cette méthode étant moulée dans l’eau, il est conseillé de faire appel à un professionnel du domaine pour apprécier le risque que le parquet ne se déforme. Ce dernier vérifiera  également le risque que le parquet, sous la pression du ragréage ne manque d’air, n’étouffe et ne pourrisse. 

Ragréage : comment préparer le mortier ?

Vous l’avez certainement deviné, peut-être pas. Dans tous les cas, sachez que le mortier de ragréage est l’élément le plus déterminant de cette opération. C’est un produit disponible sous forme de poudre. Autolissant, vous pouvez facilement l’appliquer car il s’étale de lui-même. 

Pour bien préparer le mortier avant de l’appliquer, verser-le dans un sceau puis mélangez le avec de l’eau. Bien évidemment, vous devez tenir compte des indications, notamment les limites décrites sur la notice de votre produit. Par la suite, mélangez délicatement la matière molle et visqueuse de sorte à obtenir une composante fluide et homogène. Enfin, laissez reposer le mélange pendant quelques minutes. 

Comment s’effectue le ragréage à proprement parler ? 

Une fois le mélange préparé et laissé au repos, versez-le de façon stratégique sur des zones données. Il est conseillé de commencer par le côté opposé à la porte afin de pourvoir sortir sans devoir piétiner une partie du travail abattu. Même si la matière est dite autolissante car facile à étaler, ne tardez pas à la repartir sur la surface. Vous pouvez utiliser à cet effet une flamande. Cet outil vous permettra d’étaler le mélange en faisant des mouvements allant de droite à gauche et de gauche à droite. 

A la suite de ce travail, laissez sécher la nouvelle surface obtenue suivant les indications prévues dans la notice du mortier acheté.
Il est demandé de conserver l’espace sous des conditions normales de température et de pression, loin des courants d’air et des hausses de température. Une fois la surface ragréée sèche, il est par ailleurs demandé de laisser plus de deux jours s’écouler avant de poser un revêtement.

Vous êtes à la fin de votre opération ! Facile et simple à appliquer si vous êtes assez débrouillard, la procédure de ragréage ne nécessite pas une expertise aussi avérée dans le domaine des BTP. Les produits étant facilement utilisables, vous pouvez vous en sortir. 

Partagez :FacebookTwitter
Ecrit par
Pierre

Pierre

Salut à tous ! Je suis Pierre, j'ai 63 ans et je suis "bricoleur de passion", presque depuis que j'ai l'âge de tenir un marteau :D. Année après année, j'ai appris à perfectionner ma technique sur le tas et grâce à d'autres bricoleurs comme moi. Mais j'ai parfois eu du mal à trouver l'info sur internet. Alors je me suis dit : pourquoi ne pas lancer moi-même mon propre site ?

Mon objectif, c'est simplement de partager avec vous une bonne partie de tout ce que j'ai appris pour vous aider dans vos travaux de bricolage. Dans ce blog, je parle aussi de tout ce qui compose notre quotidien, de l'entretien de notre chez nous à celui de la voiture, de ses outils ou encore aux façons d'engager des travaux avec un pro... Je ne prétends pas avoir la science infuse, alors soyez indulgent(e) si votre technique diffère de la mienne. Je suis au contraire ouvert à la discussion ! Merci de me lire et à très vite sur le blog.

A noter

Gobricoleur est un blog indépendant. Les propos tenus sur ce site ne représentent que l’opinion de leur auteur et n’engagent pas une quelconque société.